Adoptions transraciales vs restrictions ethniques?

Posted on mai 12, 2012

0


Charlize Theron et son fils adoptif Jackson
Source: Premiere

Charlize Theron, l’actrice blanche d’origine sud-africaine a adopté Jackson, un enfant noir américain! Il y a deux jours, les journalistes ont enfin pu mettre la main sur le cliché vendeur. Belle photo, le multiculturalisme à son meilleur diriez-vous!

Paradoxalement, cette nouvelle d’adoption m’a fait l’effet d’un grand bof. Je ne veux pas être radicale mais je suis très sceptique à l’égard des célébrités qui adoptent des enfants « ethniques ».

C’est la dernière mode chez les célébrités, je trouve que ça sent le m’as-tuvuisme à plein nez? Mais après tout, qui suis-je pour juger les motivations et intentions d’une mère adoptive?

L’adoption interraciale dans le monde

En dehors des stars avec leur gros buzz, plusieurs couples se tournent vers l’adoption interraciale.

Beaucoup de noirs sont très critiques lorsqu’ils entendent parler de blancs qui adoptent des enfants noirs. J’ai fini par me demander pourquoi les noirs n’adoptent pas tous ces enfants noirs au lieu de grommeler contre les blancs qui le font. Seulement 24% des enfants noirs disponibles pour adoption trouvent une famille adoptive contre les 43% d’enfants blancs qui se font adopter1. (Ces statistiques proviennent des États-Unis mais plusieurs pays ont constaté la même disparité dans les adoptions raciales).

Brad Pitt & Angelina avec leurs enfants naturels et adoptifs

Brad-Angelina avec leurs enfants naturels et adoptifs, 2011.
(Photo crédit: Celebrity Smack Blog

Pourquoi les noirs adoptent peu ou pas? Pour des raisons sociales et culturelles.
Une partie de la réponse vient de l’Afrique du Sud où les familles non-blanches (noires et indiennes) sont très souvent élargies car elles sont déjà composées de nièces ou neveux qui sont à la charge de certains couples 2. On peut donc dire les familles non-blanches adoptent beaucoup dans leur entourage donc elles se passent des associations qui compilent les statistiques sur l’adoption.

Et de toutes façons, si les non-blancs adoptaient autant que les blancs, est-il vraiment nécessaires de s’assurer que les enfants soit adoptés par des individus de même race?

Les adoptions de même ethnie, la meilleure solution?

Est-ce raisonnable de rester bornés sur une question d’ethnie? En Angleterre, l’adoption de beaucoup d’enfants a été retardée car les administrations s’acharnaient à attendre des parents « de même ethnie » que les enfants à adopter 3.

Des parents de même ethnie, est-ce si facile à trouver? Par exemple, quel type de couple « ethnique » devrait avoir le droit d’adopter un métis sino-africain? Faut-il un couple interracial composé d’un noir et d’une asiatique ou un couple composé de deux métis sino-africains? Bonne chance pour réussir à trouver la combinaison parfaite!

Lionel Richie avec Sofia sa fille biologique et Nicole, sa fille adoptive.
Crédit Photo: Movies Pad

Puisque la combinaison ethnique n’est pas une science exacte, les adoptions interraciales apparaissent comme une meilleure option. Mais est-ce que les adoptions interracialles fonctionnent toujours? Je me demande bien ce que ça donnerait un couple noir qui adopte un blanc ou un couple asiatique qui adopte un arabe. Cela paraît-il aussi acceptable ou aussi délicat qu’un blanc qui adopte une autre race?

Enfants naturels, culture adoptive

Les problèmes culturels ne se limitent pas qu’aux adoptions interraciales. Par exemple, en lisant la biographie du Président Obama j’ai compris comment un enfant métis (noir) peut souffrir d’instabilité culturelle même en grandissant avec sa famille biologique blanche. Il ne viendrait à personne l’idée de retirer la garde de l’enfant à une femme tout simplement parce que son fils biologique est de race différente. De la même manière, il est ridicule de s’opposer aux adoptions interraciales pour une simple question de couleur de peau ou de race.

En gros, malgré la mode hollywoodienne qui me tape un peu sur le système, je ne suis pas contre les adoptions interraciales sous prétexte que c’est embêtant d’avoir une enfant qui ne ressemble pas à ses parents.

Par contre, je ne suis pas non plus pour les adoptions interraciales. Les meilleurs parents sont ceux qui se sentent capables d’aimer peu importe la couleur, ceux qui adoptent sans soucier de savoir de la race. Ils ne sont pas en quête d’un enfant noir ou d’un enfant blanc mais d’un enfant dans le besoin.

Sources :

  1. (Retour au paragraphe) Hopkins, Ashley. 2011. « Black parents who adopt white children confront myths ». The Grio. Lundi 24 octobre. http://www.thegrio.com/health/black-parents-adopting-white-children.php?page=1
  2. (Retour au paragraphe) Cessou, Sabine. 2011. « Afrique du Sud, l’adoption en noir et blanc ». [Johannesburg]. Slate Afrique. Mardi , 14 septembre. http://www.slateafrique.com/39467/afrique-du-sud-adoptions-transraciales
  3. (Retour au paragraphe) 2012. “Adoption process will be made fairer and faster, says David Cameron”. The Guardian. Samedi 10 mars. http://www.guardian.co.uk/society/2012/mar/09/adoption-made-fairer-faster-cameron