Les parents immigrants trop violents? Écart culturel au Québec…

Posted on janvier 1, 2012

0


Dans son édition du 7 décembre 2011, La Presse  lançait un débat quelque peu touchy; la manière dont les parents immigrants disciplinent leurs enfant.
Cela fait des années que j’entends certains immigrants dire que les québécois ne disciplinent pas assez leurs enfants. Du côté des québécois, certains semblent plutôt penser que les immigrants sont tyranniques avec leur progéniture. Qui a raison, les québécois ou les immigrants?

Choc culturel frappant

Je n’ai jamais eu honte de dire que plus jeune, j’ai reçu des tapes et des gifles quand je me comportais mal. La plupart des autres immigrants que je connais et qui ont reçu un traitement pareil parle de cette époque avec beaucoup de nostalgie et d’humour. Comme le comédien marocain Gad Elmaleh qui ne manque pas de dire que ce qui l’a toujours frappé chez son père c’étaient ses mains. En grandissant, j’ai su apprécier la discipline de mes parents parce que cela m’a permis d’être une personne avec de bonnes manière et pas trop centrée sur moi-même.

Est-ce que tous les parents immigrants sont aussi raisonnables? Pour répondre à cette question, il faudrait déjà savoir ce qui détermine une discipline excessive ou raisonnable. Le problème est que la réponse dépend de la culture des parents.

On ne peut pas cautionner la violence. Mais on doit savoir que, dans certaines cultures, c’est considéré comme beaucoup moins humiliant de frapper avec une pantoufle qu’avec la main, ou qu’isoler un enfant dans sa chambre.
Cécile Rousseau, pédopsychiatre spécialiste de l’approche ethnoculturelle

Abus chez les parents… et chez les enfants immigrants

En immigrant dans un pays étranger, toute famille subit inévitablement « un grand stress, de nouvelles valeurs et la discrimination ». Confrontés aux valeurs québécoises, il semblerait que certains enfants immigrants remettent en question la manière dont leurs parents les ont toujours corrigés. Ce qui était acceptable dans leur pays d’origine ne l’est peut-être pas ici. Beaucoup d’enfants d’immigrants exploitent cet écart culturel en rapportant des abus même lorsqu’il n’y en a pas.

D’un autre côté, il va sans dire que certains parents n’y vont pas de mains mortes lorsqu’ils disciplinent leurs enfants. Et c’est là que la société québécoise a bien évidemment vraison. Il faut protéger les enfants qui se font battre par leurs parents. Même si certains parents immigrants prétextent que leur comportement est excusable selon leur culturel, il faut comprendre que battre un enfant jusqu’à ce qu’il saigne est un crime peu importe le pays d’origine. Comme dit le proverbe, « a beau mentir qui vient de loin ».

Mais comment savoir quand les enfants extrapolent ou quand les parents sont abusifs?