Le féminisme prend un aller simple dans le train

Posted on décembre 4, 2010

2


Il y a quelques jours, les journaux occidentaux ont relaté avec enthousiasme le récit de ses femmes indiennes qui ont puni des hommes parce qu’ils ont pénétré dans des wagons où ils n’étaient pas autorisés. (Voir la vidéo, c’est un must.)

Parce que les femmes (indiennes et touristes) se sont plaintes à plusieurs reprise du comportement inapproprié des hommes dans le train, certains wagons de train identifiés avec un ruban rose, sont exclusivement réservés aux femmes. Bien qu’interdits de séjour dans ces trains spéciaux, certains hommes contournent le règlement et s’introduisent dans des sections où ils ne sont visiblement pas les bienvenus.

Pour les usagères, tous les coups sont permis pour cette contravention; coups portés à la tête, gifles et série de pompes obligatoire, et ce avec la complicité du personnel1 de la compagnie de transport.

Discutable vous dites. Bien que je réprouve la violence, je me mets à la place de ses citoyennes qui ne supportent plus le toucher des mains baladeuses.
Ces hommes de mauvais goût et sans éducation devraient comprendre qu’ils ne peuvent pas draguer et triturer impunément les femmes comme si ces dernières n’étaient que de vulgaires poupées. Certains « mâles » ont besoin de réaliser que pour une femme, se faire draguer ou être « victime » de flirt est très souvent une expérience assez désagréable, voire humiliante.

Vue d'un wagon pour femmes à partir d'un quai à Tokyo. Crédit: Wikipédia.

Les indiennes ne sont pas les seules a bénéficier de cette paix éphémère dans les transports en commun. Le phénomène des wagons pour femmes aurait commencé il y a dix ans au Japon parce que dans les wagons mixtes, les hommes n’arrêtaient pas de pincer, toucher ou de harceler les femmes, bien sûr sans le consentement de ces dernières.
Maintenant, on retrouve cet intéressant concept dans plusieurs pays; Égypte, Indonésie, Taiwan, Brésil, Philippines, Biélorussie2, Mexique et Dubai.

Il ne semble pas qu’une ville comme Montréal devrait s’équiper de ce genre de wagons.
Cependant, j’ai déjà été victime de groping (se faire tripoter par quelqu’un qui fait semblant d’être serré) dans le métro. On sent bien que quelque chose d’humiliant est en train d’arriver mais on ne sait pas quoi.

Un wagon exclusivement réservé aux femmes. Jakarta (Indonesia). Crédit photo: EPA

Est-ce que la séparation des genres va changer les chose? Holly Kearl, une experte en harcèlement de rue se prononce contre ses trains, parce qu’ils ne font que déplacer le problème et ne répondent pas adéquatement au manque de civisme de la gente masculine.
Sur son blog, elle explique que les hommes continuent à enfreindre les restrictions imposées dans les trains, mais aussi qu’il y a d’autres espaces dans les transports en commun qui ne sont pas contrôlés.

Je suis tout à fait d’accord avec les points énumérés sur ce blog. Par contre, en attendant que d’autres mesures plus efficaces permanentes soient adoptées, je crois qu’il faut continuer à « bastonner » ses intrus.

Annotations:
1. Il est à noter que ce personnel a été spécialement engagé pour déloger les passagers non-désirés dans les wagons réservées exclusivement aux femmes.
2. En Biélorussie les femmes ont réclamé un train à elles à cause de l’odeur de chaussettes et d’oignons des hommes, et non à cause du harcèlement sexuel.