Si les chiens font des chats, quelle case rouler?

Posted on août 14, 2010

0


Ils sont noirs. Elle est blanche. Ils sont plus foncés et ont des cheveux noirs et crépus. Elle est blonde aux yeux bleus avec de délicates bouclettes. C’est l’histoire de Ben et Angela, deux parents noirs qui viennent d’accueillir au monde un bébé blanc, Nmachi, ce qui signifie « la Beauté de Dieu ».

Nmachi et sa famille. On dirait bien qu'elle est blanche mais est-ce vraiment le cas?

Il y a plus d’une semaine alors que je vérifiais tout bonnement mes mails, je tombe sur un titre assez aguichant de Yahoo Québec!: « Deux parents noirs donnent naissance à une blanche. »

Au début, je me suis dit que par « parents noirs », ils voulaient surtout dire métis – encore une nuance à définir. En lisant l’article, je comprends toutefois qu’il s’agit bien de deux négros de souche (si vous me passez l’expression) qui ont générés une blanche. Il n’y aurait pas eu d’infidélité conjugale et comme le précise le père, même si cela avait été le cas, Nmachi n’aurait pas eu cette tête là. (Précision: Nmachi ne serait pas albinos).

Aucun des deux parents n’a connaissance d’ancêtres blancs dans la famille, mais certains scientifiques s’accordent à dire qu’il doit y avoir de l’européen là dessous. Reste à prouver. Pour l’instant, ce cas cloue le bec des savants. Les parents de Nmachi sont tout simplement atterrés.

Déjà parents de deux enfants noirs nés en Angleterre, Ben et Angela doivent s’assurer que leur progéniture soit fier de leur nationalité britannique sans pour autant cracher sur leurs origines nigériennes. Dilemne.
Avec la naissance de Nmachi, une troisième inconnue se voit rajoutée à l’équation.
Ce qui inquiète surtout les parents, se sont les railleries dont leur famille est et sera davantage victime avec le temps.

Ignorer l’ignorance des gens est plus facile à dire qu’à faire. En grandissant, Nmachi aura beaucoup de préjugés à affronter de part et d’autre. On vit dans une ère où tout le monde fait semblant de croire au multiculturalisme soit pour être dans le coup, soit pour ne pas déplaire.
Il reste que l’identité d’un individu, quelle soit raciale ou culturelle, est comme un roman inachevé. On ne peux ni l’exposer sur une étagère pas plus qu’on ne peut la définir.
J’ai toujours détesté la catégorisation des individus, un fléau qui sévit même dans les formulaires à remplir pour les bourses scolaires ou pire, certains formulaires au travail. Moi au moins, j’ai toujours su quelle(s) case(s) cocher. Que fera Nmachi?

Journaliste pour le quotidien The Sun : Je me demande pour les formulaires qu’on a tous à remplir – ceux où il faut indiquer l’origine ethnique. Il y aura t-il de l’hésitation pour savoir quelle case cocher?

Un ami de la famille: Non. Se sera « noire africaine » biensûr.

Ben, le père: Non. Si sa peau ne change pas, elle sera blanche. Mais en fait, elle n’est pas vraiment blanche, n’est-ce pas? Et il n’y pas de cases « blanche mais de parents noirs ». Ses origines sont surtout de l’Afrique noire. Oh mon doux… »

Dis papa, puis-je suggérer la case « race humaine »?

Doublements célèbres mais pas aussi uniques

Nmachi n’est pas la seule enfant à défrayer la chronique pour avoir osé remettre en cause la défintion des races et du code génétique. Avant elle, il y a eu d’autres cas frappants:

1. Royaume-Uni – Kian & Remee


En 2006, un couple de métis britanniques sort de l’hôpital avec des jumelles. D’un bras ils portent une métisse, peau caramel aux yeux teintés de chocolat noir. De l’autre côté, ils ont sa sœur jumelle – une blanche saveur vanille, aux yeux couleur bleu océan et aux cheveux dorés.

2. Royaume-Uni – Lauren & Hayleigh, Miya & Leah


En 2001, Alison et Dean deviennent parents d’une blanche et d’une métisse – pourtant jumelles. Non contente d’un premier affront à la nature, la famille rebelote en 2010 en rajoutant une autre paire de jumelle composée d’une autre métisse et d’une autre blanche.

3. Australie – Martha & Daniel

Carole Fraser, une métisse mariée à un blanc donne naissance à des jumeaux, un blanc et un métis. Le plus incongru? La mère s’attendait à enfanter deux races différentes. Est-ce que se serait à la mode?

4. Afrique du Sud – Sandra Laing


En 2009, le grand écran a accueillit l’histoire de Sandra Laing, une femme d’apparence métisse née de parents blancs. Sandra a donné du fil à retorder à l’administration et a changé quatre fois de race… sur papier. Imaginez les sorties au ciné ou les soirées aux restos en famille à l’époque de l’apartheid…

D’autres photos de famille intriguantes…

Quelle leçon tirer de tous ses insolites?