Dumas le métis, trop blanc pour un acteur noir?

Posted on juin 12, 2010

0


Gérard Depardieu est-il trop blanc pour jouer Alexandre Dumas? Ce titre de ATL Film Guide est très aguichant, mais je préfère le mien: Dumas le métis, trop blanc pour un acteur noir?
Oh de quoi je parle? Je me sens un brin flemmarde, au lieu de vous l’expliquer dans mes propres mots, je vais copier-coller un article de la BBC:

Une discussion sur le racisme a rendu amère la sortie du dernier film de Dépardieu ou celui-ci interprète le rôle de l’un des géants de l’histoire française. (…)
Acteurs et militants noirs sont outragés par le fait que la star de cinéma de race blanche interprète le rôle d’Alexandre Dumas, un héros national français ayant des souches africaines.
Depardieu qui est blond aux yeux bleus exhibe des cheveux frisés et un teint plus foncé pour jouer le rôle du créateur des Trois Mousquetaires.

Alors qu’il était en vie, Dumas était considéré comme un noir. Maintenant mort, il est blanc. Ça fait penser à Othello…

Mais qui est Dumas, vous demandez-vous? Honte à vous si vous l’ignorez.
Parce que sa grand-mère avait des ancêtres français et africains, Dumas a été catalogué comme étant de race noire. À mon humble avis, il n’a pas trop la tête d’un noir. J’ajouterais même que sous certains angles, on le prendrait pour un blanc.

Bien qu’il autait pu passer pour blanc à diverses occasions, Dumas a ce petit je-ne-sais-quoi d’intriguant.

En dehors de l’ambiguïté de sa race, Dumas demeure incontestablement l’un des auteurs français les plus lus au monde. Il a écrit le Compte de Monte Cristo, un livre de 2000 pages que j’ai dévoré sans modération. En 1998, lorsque Monte Cristo connaît une adaptation cinématographique, Depardieu obtient le premier rôle. C’est donc sans surprise qu’il interprète le rôle de l’auteur après avoir joué le personnage.

Dans 150 ans, le rôle de Barack Obama pourrait-il être interprété au cinéma par un acteur blanc avec une perruque frisée ? – se demande Patrick Lozès, Président du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France).

Pourquoi pas? Est-ce qu’un acteur comme Gérard Depardieu aimerait que d’ici un siècle un acteur noir ou métis interprète son rôle dans un film? Bien sûr cela nécessitera quelques ajustements. Il faudra lui faire un traitement de peau à la Michael Jackson et demander à Lil Kim de nous faire don d’une de ses perruques blondes.

Acteurs et militants noirs sont outragés par le fait que la star de cinéma de race blanche interprète le rôle d’Alexandre Dumas, un héro national français ayant des souches africaines.

Je me demande bien qui sont ses acteurs noirs dont parle la BBC. Je ne savais pas qu’il y en avait assez en France pour mériter une mention dans un article de presse. Vu que je ne pouvais en nommer aucun, j’ai effectué une recherche Google et je suis tombé sur cet article qui propose un liste de 5 acteurs français noirs. (Il doit y en avoir plus mais qui sont ils?)
Bref, voilà le casting du film à la hibiscus

Ce scandal en est-il vraiment un?
J’ai toujours pensé qu’en matière d’art, la race n’était qu’un détail mineur puisque le talent prime sur tout. Après tout Depardieu est l’un des meilleurs acteurs en France et probablement dans le reste du monde aussi. Une personnalité aussi grandiose que Dumas n’aurait pas pu être jouée par un novice. Un auteur d’exception mérite un acteur hors pair – peu importe la race de ce dernier. Safy Nebbou, le directeur du film en question pense autrement. Difficile à croire qu’il est lui-même métis.


Cela aurait été une erreur historique que d’avoir choisi un acteur métis… Il (Dumas) avait des yeux bleus comme Depardieu
.

Si la couleur des yeux était le seul facteur déterminant le choix de l’acteur principal, ils auraient pu gagner temps et argent sur des lentilles de contact bleues.  Je ne comprends toujours pas pourquoi l’équipe de production a ressenti le besoin d’assombrir la peau de Depardieu et de l’affubler d’un perruque frisée s’ils ne trouvaient pas l’acteur trop blanc pour pour ce rôle.

Une autre chose qui a embêté les critiques c’est le fait que le film fasse passer Dumas pour un imposteur qui a eu recours à un nègre pour rédiger ses plus grand succès. Selon cette lecture, le plus grand accomplissement artistique de Dumas aurait été d’être crédité pour des oeuvres qu’il n’avait pas produites.

Mon père était un mulâtre, mon grand-père, un nègre et mon arrière-grand-père, un singe. – Alexandre Dumas

Lire entre les lignes… raciales

Charles Chestnutt

Écrire sur Dumas m’a fait repensé à Charles Waddell Chesnutt, un écrivain américain qui a choisi de s’identifier comme un noir alors qu’il était blanc à 7/8 (comment arriver à un calcul aussi précis?). Comme Dumas, Chesnutt était coupable d’être noir en conformité avec le one-drop rule. Chesnutt n’a jamais passé sous silence ses origines africaines, ce qui était monnaie courante pour les individus métissés. Il a même écrit plusieurs histoires illustrant les tensions raciales et dénonçant les pièges du passing, l’art de se faire passer pour un blanc alors qu’on est noir. The House behind Cedars dont il est l’auteur est sans conteste l’une des plus intéressants récit que j’ai lu.

Je suis contente que ce film m’ait replongé dans la lecture et dans l’écriture (les actualisation sur mon blog commencent à se faire rares). 
Si Depardieu n’avait pas causé tout un scandale (inutile d’ailleurs) en étant juste lui-même, je n’aurai jamais prêté attention à la sortie de ce film (qui s’intitule L’autre Dumas en passant). Je remercie donc Depardieu et l’équipe de production pour cet exploit. 
Cependant, vu que mon temps est compté, je ne le perdrai pas à aller voir ce film. Il y a pas mal de livres qui n’attendent plus que d’être lus. Le prochain en lisse est déjà à mon chevet de lit. On dit qu’il a été écrit par un nègre mais sur la couverture n’est inscrit que le nom « Alexandre Dumas »…