Des noirs et des blancs racistes célèbrent le Mois de l’histoire des Noirs

Posted on mars 3, 2010

1


Carter Woodson, fondateur du Mois de l'histoire des Noirs

Février est le Mois de l’histoire des Noirs. Mais n’allez pas conclure qu’il n’y a que les noirs qui célèbrent cette commémoration.
Des étudiants (non-Noirs) de l’Université de Californie ont organisé sur le campus de San Diego une fête nommée le “Compton Cookout”.

Cet événement s’est tenu en parallèle avec le Mois de l’histoire des Noirs. Tandis que les médias y ont vu un acte de racisme, l’hibiscus y voit aussi un acte de plagiat. 
En effet, la description vestimentaire requise pour la fête n’était rien de plus qu’un copié-collé de la définition du terme « Ghetto Chick publiée sur le site Urban Dictionary. Urban Dictionary est une version « ghetto » de Larousse et compagnie.
Voici donc comment les invités devaient s’habiller et se comporter pour se faire passer pour des noirs:

Les dents en or - Le clip "Ta meuf" de Faf Larage

Les dents en or - Le clip "Ta meuf" de Faf Larage

Pour les filles: Si vous ne savez pas ce qu’est une fille du ghetto — Les filles du ghetto ont généralement des dents en or, elles sèment disputes et zizanie, et portent des vêtements bas de gamme. Elles pensent que Baby Phat est une marque de luxe et de haute couture. Elles ont des cheveux courts et crépus, portent souvent des extensions de mauvaise qualité avec des couleurs hideuses telles que le violet ou un rouge vif.

Elles ressemblent à Shenaynay et s’expriment de façon similaire. Elles parlent très fort (…) et ont un vocabulaire très limité. Pour pallier à cela, elles vont inventer des mots du genre « constipulé », ou elles vont tout simplement répéter des injures ou autres types de vulgarités. Autrement, elles font des bruits dans le genre de « hmmg! » ou elles claquent des lèvres. Elles font d’autres bruits lorsqu’elles sont en colères en plus de grogner et de faire des grimaces.« 

Pas de soutien, pas de punition

Une fois de plus, l’Université de Californie doit s’excuser. En 2007 déjà, Berkely (le plus ancien de ses campus) a aussi été impliqué dans des fêtes similaires. Les participants de ses “Border Parties” (fêtes de frontière) étaient invités à s’habiller comme les immigrants illégaux qui essayent d’escalader la barrière séparant le Mexique des États-Unis. La seule différence  bien sûr est qu’ils ne se font dépouiller de tous leurs sous avant de devenir la proie des coyotes et des pirates sans scrupules, et surtout ils ne vivent pas le stress qui découle d’une situation irrégulière.
Si les étudiants du campus de Berkely campus avaient été punis, ceux de San Diego (UCSD) l’emporteront au paradis.


Jeff Gattas, le Directeur exécutif des Communications et des affaires publiques du UCSD a déclaré qu’ils “ont été bouleversés d’apprendre que durant le week end, une fête offensante parodiant la commémoration de Mois de l’histoire des noirs s’est tenue sur leur campus.” Ils “condamnent cet événement et ce flagrant mépris des valeurs de leur campus. »

Le plus intéressant reste toutefois ce que l’Université compte faire contre ses étudiants. Rien. Vu que la fête “n’était pas un événement appuyé par le UCSD, et que ce n’était pas non plus dirigé par une organisation estudiantine, il n’y a aucune preuve de violation technique”. Le UCSD n’a donc aucune “raison de les pénaliser.”
On ne s’attendait pas à mieux d’un établissement de l’éducation supérieure.

Pour essayer de réduire les tensions raciales montantes, le USCD compte recycler un projet  élaboré par le Black Student Union (L’union des Étudiants Noirs) en 2006. L’Union avait proposé certaines mesures parce que les étudiants Noirs-Américains – qui représentent 2% de l’effectif – avaient peur lorsqu’ils étaient sur le campus.
Quatre ans plus tard, l’établissement s’est décidée à évaluer les recommandations suivantes:

– faire des efforts pour engager plus de travailleurs noirs

– former une commission pour aborder le climat sur le campus

– octroyer des fonds au bureau du président pour la diversité

– créer un centre de ressources pour les Noirs-Américains
– programmer des réunions trimestrielles entre l’administration et les membres du Black Student Union.

Les étudiants du UCSD: « nous ne sommes pas racistes »

Mais n’ayez pas le culot d’accuser les étudiants du UCSD de racisme. Les 519 membres du Groupe Facebook 
UCSD Students Outraged That People Are Outraged About The Comptom Cookout (Les étudiants du UCSD sont révoltés par ceux qui se révoltent contre Comptom Cookout) se disent victimes d’un « politiquement correct excessif. » Leur défense?

Écoutez-vous la musique rap ou le hip-hop? Si c’est la cas, vous êtes officiellement disqualifiés de la catégories de ceux qui sont scandalisés par le Cookout et vous devriez diriger votre attention sur des vrais cas de racisme et des problématiques politiques.

Les noirs sont ils partialement responsables de cette fête injurieuse?

La télévision noire fournit des arguments aux plus racistes

Debra Lee, President and CEO for BET

Debra Lee, Présidente de BET

On est prêts à parier que les étudiants du campus de San Diego ont beaucoup étudié les clips vidéos diffusées sur Black Entertainment Television (BET).
BET est une chaîne américaine disponible sur le câble. Son public cible est les jeunes Noirs Américains. Actuellement, la Présidente Générale de BET Holdings Inc. est Debra Lee, une femme d’affaire afro-américaine titulaire d’un BAC en Sciences politiques.
Un des rédacteurs du magazine Clutch a écrit une lettre à Debra Lee pour expliquer à quel point les jeunes noirs se sentent insultés par BET, renommée pour l’occasion Blacks Embarrassing Themselves (Les noirs se ridiculisent eux-mêmes).
La Présidente de la chaîne a également vu sa maison entourée des manifestants assemblés par le mouvement, Enough is Enough.

En 2008, Enough is Enough a apporté son soutien à un rapport publié par le Parent Televison Council. Selon le rapport, les vidéos rap diffusées sur BET contiennent « du sexe gratuit, de la violence, et un langage ordurier. Ce contenu est destiné à des enfants et à des adolescents. » Le rapport précise également que la chaîne noire américaine « perpétue et justifie le racisme qui affecte les croyances interpersonnelles sur les Noirs Américains. Cela affecte également le psychisme de ces jeunes téléspectateurs qui sont bombardés par une image négative des Afro-Américains. »

On est 2010 et voici l’histoire des noirs: si vous continuez à vous moquer de vous-mêmes, vous en trouverez d’autres qui se joindront à la fête.